Projet 2018 – Tamale, Ghana

De gauche à droite : François Lafond-Bourque, Lydia Charbonneau, Julina Caron, Laurie Bernier-Beaupré, Jordan Laroche, Anne-Florence Poulin et Albert Bourassa

Pour faire suite à la conclusion fructueuse de nombreuses réalisations conjointes, l’équipe 2018 s’associe une fois encore au CECI pour l’accomplissement de son projet. Ce dernier consiste en la construction d’un centre de formation et de ressource communautaire en périphérie de Tamale, au nord du Ghana. L’infrastructure mise en place servira de lieu de formation axée sur la pratique pour l’élevage de pintades pondeuses et toutes les activités économiques y étant associées.

Cette réalisation répond à un besoin soulevé par l’organisme local Tibzaa qui œuvre au niveau de la chaîne d’approvisionnement agricole. La région du nord, où se trouve Tamale, est la plus grande du Ghana et, malheureusement, l’une des plus pauvres. On y retrouve de nombreuses zones rurales où l’agriculture de subsistance et l’élevage de volaille constituent l’activité économique prédominante. Cependant, les techniques utilisées par les habitants ne sont généralement pas les plus efficaces ni les plus sécuritaires. TIBZAA souhaite donc combler ce manque en formant adéquatement des individus afin d’améliorer le bien-être humain et réduire la pauvreté de la région. La formation propose un modèle durable « d’agribusiness » et couvre non seulement les meilleures pratiques quant aux techniques agricoles à adopter, mais également les étapes à franchir pour permettre aux apprenants de démarrer des microentreprises florissantes. Depuis ses débuts en 2011, Tibzaa a pu former 1450 agriculteurs.

L’infrastructure en elle-même est nécessaire pour continuer de garantir des frais de formation peu élevés en évitant la location de locaux. De plus, l’auditorium, qui aura une capacité de 150 personnes, doit être à proximité des poulaillers de Tibzaa, puisque chacune capsule se clos par une partie appliquée. Le nouveau local permettra également de garantir la qualité de l’enseignement prodigué, car celui-ci est actuellement donné sous une tente et doit régulièrement être interrompu dû aux conditions météorologiques. Un support visuel pourra désormais accompagner les présentations ce qui apportera une grande aide aux apprenants illettrés. Finalement, l’espace disponible permettra de former 6 fois plus de personnes. Ainsi, il est projeté que 5200 habitants de la région puissent bénéficier de la formation d’ici 2 ans.

GCIUS a souhaité s’associer avec Tibzaa de par leur vision calquée sur les valeurs du groupe. En effet, leurs enseignements transmettent des techniques efficaces basées sur des principes de développement durable. Également, ils favorisent la formation des femmes et des jeunes et viennent donc directement en aide aux populations les plus vulnérables. Leur projet est également de ceux donc l’effet grandit exponentiellement au fil du temps et l’intérêt de la population pour leurs ateliers est tel que la pérennité du projet est prometteuse. Au-delà de tout cela, les personnes formées seront outillées des capacités nécessaires pour garantir leur autonomie financière.

Le projet se présente également comme une opportunité pour le groupe de l’Université de Sherbrooke d’échanger ses connaissances avec les étudiants de la Tamale Technical University et du Dabokpa Technical Institute.

L’équipe 2018 est ravie de pouvoir réaliser ce projet et travaille déjà avec ardeur pour garantir son succès.

Si vous désirez contribuer au projet, vous pouvez faire un don personnel ici.

Pour de plus amples informations, vous pouvez consulter les documents suivants :

 

Cahier de partenariat 2018