Si tout continue de bien se dérouler, nous devrions être en mesure de tout compléter avant de partir. Le remplissage et le compactage des fondations sont complétés depuis aujourd’hui, nous en sommes bien contents. À noter qu’il a été nécessaire de travailler ce dimanche 4 novembre, c’est pourquoi je n’ai pas été en mesure de publier l’article plus tôt. Un nouveau format de vidéo voit le jour cette année : La Chronique du Bonsaï! N’excédant pas une minute, ces chroniques auront pour but de vous partager notre quotidien de manière très explicite avec légèreté. La première vidéo vous sera partagée cette semaine.   

Remplissage des fondations complété

Vivre à Tamale sans voyager beaucoup, c’est accepter et comprendre les hauts et les bas de la vie qui nous est offerte. Nous ne désirons pas visiter le plus d’endroits possible, mais plutôt découvrir les facettes cachées de la vie locale. On associe trop souvent le voyage à l’étranger avec le désir de devenir un explorateur aguerri. Ce que nous voulons développer, ce n’est pas notre banque de souvenirs photographiques, mais bien des liens étroits avec les humains que nous côtoyons. Ce sont souvent les premiers et les derniers qui marque chacune de nos journées. Par dessus tout, nous voulons développer des relations où tous ont l’impression d’avoir une place privilégiée.

Femmes de la communauté locale

À l’image d’un cube Rubik non-résolu, les chemins nous amenant à la complétion du projet sont nombreux, improbables et très sinueux. Rien n’est jamais acquis, que ce soit au niveau des relations entretenues ou des tâches planifiées. Une chose est certaine, le projet de l’édition 2018 du GCIUS est très formateur au niveau de la gestion de la main-d’oeuvre, des ressources monétaires et des matériaux. À vous, membres de l’édition 2019 du GCIUS, il nous sera d’un grand plaisir de vous partager toutes ces expériences pour améliorer la qualité de votre séjour à l’automne 2019. À vous, familles et ami.es, préparez-vous mentalement à de nombreuses anecdotes (pertinemment impertinentes) que nous avons très hâte de vous partager autour d’un bon chocolat chaud hivernal. Personnellement, je découvre chez moi un côté humain, m’empêchant souvent de trancher de manière objective (et économique) lorsqu’une décision concerne le salaire d’un employé, par exemple. Bien que nous voulions être généreux, c’est impossible d’aller au-delà d’un certain point et c’est très difficile à verbaliser à ceux et celles qui voudraient une meilleure reconnaissance, très souvent monétaire.

On accélère le travail !

À vous qui avez à coeur l’amélioration du bien-être de notre planète et de ses habitants, préparez-vous pour une aventure forte en émotion. Au-delà du temps qui passe, des jours qui s’écoulent, quelque chose de bien plus significatif a lieu, juste sous nos yeux. Chérissez le moment présent avec tout votre coeur, c’est seulement dans celui-ci que vous saurez profiter de la vie sous toutes ses facettes qu’elles soient heureuses ou non.

Il fait chaud, le moral est bon !

Jordan Laroche